Se relier aux rythmes et célébrer les saisons !

Depuis l’aube du monde, nombreux sont les peuples ayant trouvé dans les étoiles et dans les rythmes de la nature un moyen de communiquer avec le sensible.

Même si le temps n’existe pas, il nous précède et dure après nous (Klein 2021). Dans cette course, le privilège de vivre sur notre planète n’est qu’un battement de cils.

Nous, tout comme les étoiles nous nous transformons.

Nos trajectoires offrent un nombre incalculable de possibilités d’action et chaque geste -passés et présents- crée aujourd’hui le futur à venir.

Earth with clouds above the African continent

Les moments qui nous sont impartis sur cet espace physique sont notre véritable richesse.

Où dans l’Univers pouvons-nous nous blottir dans un nid si douillet comme celui que l’on nomme la Terre ?

Avec l’avènement des Lumières et de la Modernité, « la figure de l’Homme » (Foucault 1966) est devenu le sujet de l’injonction « Soyez rationnel et placez-vous en dehors, voire au-dessus, de la nature ».

Consommez !

Plus vite !

Sans limites !

Sans fin !

Et si nous mettions nos pieds à terre en chantant « ralentissons » ?

« Le mythe de l’homo œconomicus et de la rational choise theory [sont des] formes paradigmatiques de l’illusion scolastique qui portent le savant à mettre sa pensée pensante dans la tête des agents agissants et à placer au principe de leurs pratiques, c’est-à-dire dans leur « conscience », ses propres représentations spontanées ou élaborées ou, au pire, les modèles qu’il a dû construire pour rendre raison de leurs pratiques » (Bourdieu, 2000)

En paraphrasant Foucault et son concept de bio -pouvoir (1976); là où il y a injonction, il y a résistance car la vision d’un être humain n’agissant que dans son propre intérêt est passée de mode !

Je suis la piste d’un « … »soi mésologique », qui réinvesti « consciemment son milieu comme constitutif de son être et [est] capable de récrire avec lui un récit commun ». (Chakroum & Linder, 2018).

« C’est à chacun d’entre nous, là où il se trouve, d’inventer et de faire prospérer les modes de conciliation et les types de pressions capables de conduire à une universalité nouvelle, à la fois ouverte à toutes les composantes du monde et respectueuse de certains de leurs particularismes, dans l’espoir de conjurer l’échéance lointaine à laquelle, avec l’extinction de notre espèce, le prix de la passivité serait payée d’une autre manière : en abandonnant au cosmos une nature devenue orpheline de ses rapporteurs parce qu’ils n’avaient pas su lui concéder des véritables moyens d’expression. « 

(Descola, 2005).

A l’aune de l’Anthropocène (Crutzen , 2002 ; Descola, 2018), l’Humain mesurant empreinte laissée sait que chaque action dessine le destin collectif de notre planète.

Et si nous nous pensions autrement qu’au travers des lunettes de l’individualisme des temps modernes ?

Et si, pour commencer, nous nous relions aux cycles, à ses rythmes et saisons ?

Le rythme de la PàT

Notre saison commence en mars et s’arrête en septembre, avec des activités nous permettant de nous relier aux cycles, de prendre le temps d’accueillir et fêter les saisons.

silhouette photography of person

En mars, avec « Pas à Pas » nous partons à la découverte d’un lieu inspirant pour apprendre les bases du semi, de l’identification des plantes sauvages pour créer avec la nature et accueillir l’équinoxe de printemps.

En juin, pour nous avons le « Festival du solstice » pour fêter la transition écologique en se faisant du bien, en produisant du sens !

En septembre, pour nous réjouir de l’arrivée de l’équinoxe d’automne, nous avons une journée porte ouverte « Échec et Pat », pour réfléchir ensemble aux solutions innovantes -ni vainqueurs, ni vaincus !

En décembre, nous nous préparons à célébrer le solstice d’hiver en réservant une « Journée de Partage ».

Intimiste.

En petit comité, pour faire le point et pour imaginer la suite en compagnie des collaborateur.trice.s de la PàT et de son réseau de partenaires.

©Vanessa Kohli


👋

silhouette photography of person

Soyez le.a première à commenter!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *